From 3 roues vers le monde

Recit: GreatOceanRoad

La « Great Ocean Road »: Torquay - Warrnambool ( 3 Février - 8 Février )

La construction de la Great Ocean Road a commencé en 1917 : un bon moyen de faire travailler les soldats de retour de la première guerre mondiale, et de répondre à la demande des habitants de désenclaver la région. 13 ans seront nécessaires aux 3000 travailleurs, pelles et pioches à la main, pour finir ce qui est aujourd’hui une des routes de bord de mer les plus belles au monde.

Vendredi 3 Février :

C’est aujourd’hui que nous attaquons réellement la « Great Ocean Road ». Ce matin encore, nous avons de la compagnie. Ian et Kay nous accompagnent pour les 25 premiers kilomètres, ce qui nous permet d’avoir une visite guidée des alentours de Torquay et des plages de surf les plus populaires, notamment de Bell.

Arrivés à Anglesa, nous partons à la recherche des kangourous et nous ne sommes pas déçus : nous en trouvons plus d’une dizaine en train de se prélasser à l’ombre des eucalyptus. Ils sont marrants car pour pouvoir avancer leurs pattes arrière, ils s’appuient sur leur micro pattes avant, mais surtout sur leur queue !
Lorsqu’ils sont allongés ils ressemblent vraiment à des biches, mais dès qu’ils se lèvent ils ressemblent finalement à des kangourous !

Nous poursuivons le long de la côte et le paysage est tout simplement superbe : phares, plages, surfeurs.
Plusieurs voitures nous klaxonnent et nous sommes sur la défensive… mais contrairement à la Nouvelle-Zélande, les pouces sortent par la fenêtre des voitures, les sourires sont sur les visages et les mots d’encouragement fusent. Quel plaisir d’être ici !! Quelle journée agréable. L’Australie, on adore !!

Pour bien finir la journée, nous avons récupéré la liste de tous les campings gratuits d’Australie, et oui ! Et c’est dans l’un d’eux, au milieu des eucalyptus que nous passons tranquillement la nuit.

Samedi 4 Février :

Tranquillement, pas vraiment ! C’était sans compter sur des bruits incessants… Une sorte de bruit de sanglier hante le camping toute la nuit.
Au petit matin nous apprenons que ce sont les koalas ! Si on avait su, on serait sortis regarder. Ce n’est pas grave nous devrions en voir sur la route dès aujourd’hui.
La route, toujours aussi magnifique, nous oblige à aller prendre un petit bain. D’autant que nous trouvons une aire de picnic avec ombre, tables, barbecues électriques en libre service, douche, toilettes, eau potable . . . au bord de la plage !

Les rouleaux sont vraiment puissants ici et ce n’est pas étonnant que cette côte soit le paradis des surfeurs. En tous cas cette petite séance de nage est des plus rafraichissantes et des plus agréables. Après une bonne salade nous nous remettons vite en route car les koalas nous attendent.
En chemin, en pleine forêt d’eucalyptus, nous voyons au bord de la route un papier briller… c’est tout simplement un billet de 50 dollars, c’est notre jour de chance !

Arrivés au « spot à koalas », il y en a tout simplement de partout. La plupart dorment, une activité intense qui les occupe environ 19h par jour. Ils sont trop mignons mais un peu léthargiques. On en voit des gros, des petits, qui dorment, qui mangent, qui grimpent, qui font leur bruit de sanglier…C’est magique.

Il y a aussi quelques perroquets dans les parages :

Du coup maintenant, on est méfiants car on sait où les trouver dans les eucalyptus, et effectivement, on en voit d’autres le long de la route.
Après 7 jours en Australie, ce soir nous allons pour la première fois dans un camping payant, mais pour compenser, la rivière qui longe le terrain est peuplée de platypus.

Dimanche 5 Février :

La journée ne commence pas si bien puisqu’un vent violent s’est levé et il pleut… Nous avons dû nous lever à 5h du matin pour mettre nos affaires à l’abri.
Un petit col nous attend, rien de bien méchant mais avec ces conditions, ça se corse un peu. Du coup, après seulement 5 kilomètres, nous nous arrêtons dans un hangar entre deux bottes de paille, espérant une accalmie qui ne viendra que tard dans l’après-midi. Nous sautons sur notre monture et passons le col. Et de 11 000km pédalés !

Nous profitons de quelques rayons de soleil pour une petite balade dans la forêt tropicale, et oui, même ici il y a une forêt tropicale !!!

Puis la descente… nous avons repéré un camping gratuit, un peu au milieu de nulle part mais ça ira pour ce soir. Ce que nous avions moins bien prévu, c’est la piste interminable pour y parvenir, le vent violent, et les fortes averses, qui nous trempent jusqu’aux os en moins de 2 min, les bouts de branches qui nous tombent dessus.
C’est long mais nous arrivons enfin, et nous nous dépêchons de planter la tente, pour se mettre au sec avant la nuit. Deux Allemands nous offrent un thé bien chaud, car la température a bien chuté, et un koala fait le spectacle au-dessus de notre tente pour bien finir la journée.

Lundi 6 Février :

Nous nous accordons une petite journée de repos, histoire de faire sécher nos affaires de la pluie d'hier et de bricoler un peu le vélo. Nous changeons les disques de frein, le pneu avant et la guidoline arrière.
Le spot de camping gratuit est des plus agréables, au bord d’une rivière. Alors que nous vaquons à nos petites affaires, un koala descend de son arbre et vient dans notre direction. Il est juste ultra mignon, nous pouvons même le caresser !!! Puis il monte sur son arbre, redescend, va plus loin !

De gros oiseaux, les "laughing kookaburra" ou martin-chasseurs géants, nous occupent aussi, avec leurs caquètements qui ressemblent à des éclats de rire et à des bruits de singe.

Nous ne regrettons pas cette belle journée de repos !

Mardi 7 Février :

Nous quittons le camping par « sand road », nous aurions dû nous méfier ! Peu importe, nous arrivons à passer et rejoindre notre itinéraire.
Malheureusement, au premier point de vue où nous nous arrêtons, nous faisons un constat amer : nous avons perdu notre drapeau Français. Il était parfait, le bout déchiqueté par le vent, le rouge commençait à se détacher du reste, les couleurs palies par la pluie et le soleil… Petite minute de silence.
Nous roulons jusqu’à Princetown où nous plantons la tente et laissons nos affaires avant de partir voir le coucher de soleil sur les « twelves apostoles ». C’est endroit le plus célèbre de cette côte, et il mérite sa réputation. C’est tout simplement inoubliable.

En rentrant, nous avons la surprise de voir le camping envahi de kangourous…

Mercredi 8 Février :

Ce soir nous sommes attendus à Warrnambool à 91 km d’ici. Le réveil a beau sonné, nous nous rendormons… Ah bravo !
Bien plus tard, la journée démarre. Les plus beaux paysages de la Great Ocean Road sont sans doute ici, entre les 12 apostoles, la Loch Ard Bay, et la bay of Islands.

Ensuite, nous avons 50km de bush à traverser pour rejoindre Warrnambool. Mike et Mary nous attendent.
Ce sont les parents de Tricia, notre hôte à Melbourne. Ils sont adorables et nous ont concocté un diner gourmet. Filet de poisson sauce beurre et vin blanc, avec des petits légumes, et plusieurs bouteilles de Chardonnay y passent… Un véritable repas de ministre.
Ici nous avons tout le confort : chambre avec lit king size, sauna, salon et cuisine perso, terrain de tennis… La maison à tout d’un hôtel grand luxe, l’hospitalité en plus.

Retrieved from http://www.3rouesverslemonde.com/index.php/Recit/GreatOceanRoad
Page last modified on October 12, 2013, at 10:06 PM